Une des choses que l’on voulait faire en Birmanie était d’aller à la rencontre des birmans. Le pays ne permet pas de demander le logement aux autochtones car ils doivent avoir une autorisation du gouvernement pour vous héberger. Le meilleur moyen que nous ayons trouvé est de faire le trek entre Kalaw et Inle afin de s’immerger dans la Birmanie profonde.

Après une recherche intensive, un seul nom revenait sans cesse : Sam’s Family! Il existe beaucoup d’autres agences dans Kalaw mais nous n’avons pas regretté notre choix … bien au contraire. En route pour 65 km de marche, 3 jours, 2 nuits et des ampoules. Laure et Nicolas (un couple grenoblois), Ieva (surement la seule lituanienne en tour du monde 🙂 ) et Zaw « The Love Machine » (notre jeune guide de 20 ns) compléteront notre groupe. Le but : se rapprocher un peu plus des birmans et de leur mode de vie.

Départ à 9h de Kalaw sous la fraîcheur mais cela ne va pas durer. Il existe plusieurs itinéraires plus ou moins longs. On est pas venu pour enfiler les perles, on a pris le plus dur que Sam’s Family nous proposer. Petite précision qui aura son importance pour ceux qui doutent de la difficulté : Perrine n’est pas du tout sportive et avait des chaussures trop petites!

Premier village birman que nous traversons : Hin Kha Kone

Premier village traversé : HIN KHA KONE. Zaw nous explique que la tribu des Palaung (7-8 villages aux alentours) ne se marient qu’entre eux et vivent à plusieurs familles dans de grandes maisons. Les gens des alentours vivent essentiellement de la culture du thé vert et des oranges. Première surprise, notre guide nous emmène déjeuner chez lui dans le village de KANBANI. Sa famille nous accueille très chaleureusement dans leur demeure au confort rudimentaire. Une maison tout de bambou tressé avec un toit en tôle (depuis peu), un rez-de-chaussée ouvert pour entreposer le riz, les céréales. Au premier, une pièce de vie avec une table. Aux murs, le portrait du Président et un autel dédié à Bouddha puis une chambre qui, je vous le donne en mille, n’est pas dotée d’un matelas triple épaisseur tout confort. Avant de repartir, la famille de Zaw nous fait goûter la canne à sucre et nous livre quelques explications sur leur mode de vie qui pousse au respect.

Instant Walking Dead ;-)

On attaque une après-midi Walking Dead, marchant sur les rails jusqu’au terminus. Allons-nous nous faire manger tout cru au bout? Sur le trajet, Zaw nous explique qu’il faisait ce trajet à pied pour aller à son école … Ah ouais ok!!  En arrivant à notre village hôte par les rizières à la tombée du soleil, nous assistons à un match de Chinlon, un sport birman. Ce sport se joue au pied avec une balle en rotin et un filet comme au Badminton. C’est très spectaculaire car il nécessite d’être très souple. Un des joueurs peut monter le pied au dessus de sa tête et taper un grand coup de talon. Zaw nous avait fait une petite démo de ses qualités d’athlète, il trépigne à l’idée de jouer. Pour ce qui est de nous, on va surtout regarder et éviter la blessure et le claquage à coup sûr. Le village TAUNG LAR est celui des Danu Tribe dont les femmes sont vêtues de noir avec des chapeaux. Nous sommes d’ailleurs surpris de la pénibilité du travail des femmes. Quasiment, voir même, plus dur que les hommes.

Match de Chinlon

Ce soir nous avons le plaisir de dormir chez U GYJ MYINT. Festin royal, Zaw est un très bon cuisinier. Des prémices de la Love Machine apparaissent! Zaw nous apprendra que la première lettre du nom donné chez les birmans dépend du jour de naissance (Lundi : G, Mardi: S ou Z, Samedi : N, Dimanche : A/U/O). Notre itinéraire nous permet de braver les montages de l’éléphant, du serpent et du dragon. rien que ça! De ce fait les nuits sont fraîches, très fraîches. Nous dormirons quasiment à même le sol sur des matelas très fins mais sûrement mieux que nos hôtes. Ces derniers nous ont donné des couvertures, beaucoup de couvertures. Après avoir enfilé mon pull, mon pantalon, mes chaussettes, mis ma capuche et m’être couvert de 3 grosses couvertures en laine, j’ai pu attaquer ma nuit!

Notre lit pour la nuit

Une journée à peu près typique de U GYJ MYINT se déroule de la manière suivante : debout à 5-6h pour le petit déjeuner, départ aux champs ou vers d’autres tâches domestiques ou agricoles, puis retour à la tombée du soleil vers 18h. Ils attaquent le dîner puis, assez rarement, regardent des films coréens ou des matchs de foot à la télévision. 21h, extinction des feux pour une douce nuit fraîche.

Birmanie-trek-Kalaw-3

Après avoir remercié U GYJ MYINT pour son accueil, nous repartons sur les chemins pour de nouvelles aventures. En route, nous discutons avec Zaw de ce qui nous a interloqué. Les villages sont très pauvres, vous vous doutez bien que la 3G on en parle pas et pourtant les jeunes comme Zaw ont des smartphones qui leurs coûtent 3 mois ou plus de salaires (200$ de téléphone + 150$ de SIM!). Le clou du spectacle : parfois certains villages n’ont pas de réseau. Zaw nous confessera avec sa fausse timidité qu’il peut rarement appeler sa petite copine restée étudier à Taunggyi, la grande ville du coin. Si je vous ai présenté Zaw comme une « Love Machine », ce n’est pas pour rien! Il n’est pas une chanson fredonnée sans le mot LOVE dedans.

Changement de paysage, la terre devient ocre. Il y a des maisons en pierre, les gens semblent un peu plus souriant et réceptif que dans certains endroits dans les montagnes . Nous nous arrêtons manger à NAN TAIN (tribu des Paoh et Taung) mais surtout nous essayons le bétel qui est une préparation à mâcher avec de la noix d’arec, de la feuille de bétel et de la chaux! A consommer avec modération! La mastication excessive se traduit par des crachats rouges et un rougissement des dents mais surtout le bétel rend complètement stone…Huuummmmm!

Paysan et ses buffles

PATTU PAUK, notre 2ème village hôte approche. Les habitants n’ont pas d’eau courante et l’acheminent d’une rivière voisine puis la remontent par seaux après une marche de 20 minutes. La douche au milieu du village à côté du « bar » sera très courte. En comparaison avec nous, il semble y avoir 100 ans de retard sur l’agriculture (pas de tracteurs), sur l’eau (pas d’eau courante) et l’électricité (qui lorsqu’elle est présente provient de panneaux solaires). Encore un festin royal, on aura jamais aussi bien mangé de tout notre séjour. La soirée se termine à la guitare autour d’un feu avec « Baba » notre hôte, Zaw et d’autres guides plus lover les uns que les autres. La nuit sera plus chaude mais toujours avec un confort sommaire. A la lueur du jour, la brume ne s’est pas levée, les femmes s’apprêtent à partir au champ pour la cueillette des piments ou du thé.

"Baba" et sa femme nos hôtes pour la seconde nuit

Le 3ème jour nous conduira, en compagnie de Foxy notre nouveau compagnon canin, jusqu’au lac Inle après avoir battu la terre rouge. C’est l’heure des adieux et de prendre le bateau pour rejoindre le nord du lac et la fin de notre trek à NYAUNG SHWE.

Arrivée sur le Lac Inle

Les images de ces 3 jours sont nombreuses Ce sont ces petits instants de partage au soleil couchant autour d’une bière, d’une table bien fournie, d’un feu, du sourire de Zaw, d’un partage avec les birmans qui font de ce trek un moment inoubliable, LE moment de notre séjour. Ce trek entre Kalaw et Inle n’aurait pas été le même si nous n’avions pas eu une team d’enfer et un guide au top. Sur beaucoup de blogs/forums vous verrez des commentaires du style « on vous recommande untel ou untel » mais Zaw c’est la crème, the cherry on the cake. Nous lui dédierons un petit portrait car il représente l’avenir de la Birmanie, c’est un homme à marier, une Love Machine 🙂

Quelques informations utiles sur le trek :

– Les bagages sont acheminés jusqu’à votre hôtel à NyaungShwe.

– 55€ pour 2. Nous étions 5 mais ce prix peut augmenter si vous êtes moins (jusqu’à 90€ à 2)

– Le prix n’inclut pas l’achat de l’eau et la taxe à Inle (9€ par personne)

– Pas besoin de sac de couchage excepté si vous êtes très frileux. Mais il faut être bien couvert la nuit quand même (surtout la première)

Notre team d'enfer!

Vue sur la montagne du Serpent

Birmane travaillant dans les champs de piment

Champ de piment

Rizières

Rizières sur le chemin du trek entre Kalaw et Inle

Petites birmanes rencontrées à Pattu Pauk

Rizières avant notre arrivée à Pattu Pauk

Crédit photo de groupe : Laure et Nico R.

Sur le même thème …

16 commentaires

  • Pingback: Demain, je fais mes valisesZaw - L'avenir de la Birmanie a un visage

  • Pingback: #Birmanie | Ce qu'il faut savoir pour partir en Birmanie

  • Alexandre Avril

    BOnjour,

    Merci énormément pour ces articles qui m’ont fait franchir le pas : je pars deux semaines en Birmanie fin mars !
    J’ai suffisamment lu de commentaires indiquant que le guide changeait pas mal de choses pour savoir que je ne veux qu’une personne… THE LOVE MACHINE ! Pensez-vous qu’il soit possible de le « réserver » directement en demandant à Sam’s Family ? je n’ai pas vraiment trouvé de site pour ça.

    Et juste une petite question : questions habits vous avez pris quoi ? Je préfèrerais bouger avec le plus petit sac possible mais je ne me rends pas compte de la quantité de pulls à emmener au vu des nuits.

    merci encore pour ces articles, je pense suivre le même itinéraire que vous !

    Répondre
  • Pingback: #Infographie | Notre Birmanie en chiffres

  • Pingback: Birmanie, De Yangon à Mandalay (Part 1)

  • Pingback: La Birmanie, n'est-il pas déjà trop tard?

  • Brunehilde

    Bonjour Perrine et Cedric,

    Grace a votre article et votre video nous avons pu partir avec vous faire ce trek que nous avions prevu de faire lors de notre voyage en Birmanie. Mais malheureusement le sort en a decide autrement pour nous . En tout cas, c’est un tres bon article que nous recommandons a nos lecteurs de parcourir, sur note blog, si comme nous ils souhaitent vivre par procuration cette belle aventure !

    Bonne continuation !

    Répondre
    • Perrine Et Cedric

      La tuile! ça vous aura au moins permis de connaitre un peu plus en profondeur le système hospitalier de Birmanie 😉
      Une chose est sure, on peut se rendre contre via votre article que les birmans ont le cœur sur la main.
      Merci pour la citation.

      Répondre
  • Amanda

    Super article … On est allé également en Birmanie mais en 2013 déjà … D’ailleurs actuellement je fais du tri pr publier l’article et c’est amusant de voir que des enfants et villageois sont également dans nos albums souvenirs !!!
    Bonne continuation

    Répondre
  • Bigaut

    Bonjour,
    Très bien ce récit et la petite vidéo, mais à 69 ans nous ne nous voyons pas « trekker »
    Aussi je vous invite à voir mon film « idéalisé » et surtout pour faire rêver et éloigner certaines réalités. Je suis photographe professionnel en retraite happé par la réalisation video. J’espère que ça vous plairas, nous sommes passés aux mêmes endroits sur Inlé »
    Cdt JC
    A voir ; https://www.youtube.com/watch?v=UQqpXV6VdJc&list=UUEgWIXVEuE2luAwEdtdWaAQ un petit com fait toujours plaisir -merci

    Répondre
  • Romain

    La dernière fois j’avais fait Birmanie du sud (très bien aussi, je recommande), je garde ça pour la prochaine fois 😉

    Répondre
    • Perrine Et Cedric

      Et encore je pense qu’il y a d’autres sites comme Mrauk U un peu plus dans l’Ouest qui doivent être magnifiques. La prochaine fois qu’on y retourne on fera le sud et l’Ouest 😉

      Répondre
  • Amandine

    Quelle idée de partir avec des chaussures trop petites!
    Super récit et super vidéo!

    Répondre

Laisser un commentaire