En attendant de vous parler de notre séjour en Birmanie, un petit détour par notre Road Trip West US en 2011 à 17 frenchies.

1500 km que l’on sillonne les routes de Californie. La fin de la Tioga Road approche, le décompte kilométrique pour Lee Vining flirte avec le 0. Une fois n’est pas coutume, une arrivée nocturne sollicitera notre imaginaire. A l’image d’un enfant attendant avec impatience de découvrir un sapin bordé par une forêt de cadeaux, nous patienterons jusqu’au lendemain matin pour découvrir le paysage. Pendant ce temps nous arpentons, la petite ville (250 habitants!) pour remplir nos petits estomacs creux. Un restaurant routier à l’entrée de Lee Vining fera l’affaire pour un moment Nutella (Chut pas de marque!).

BODIE

Routes désertes sous un soleil de plomb et sur fond de Sierra Neva enneigée, 3 vans avalent le bitume pour finir sur un chemin de terre à proximité de Bodie.

En route vers Bodie avec les montagnes en fond

Nous découvrons cette ville fantôme figée dans une époque qui sent bon le western spaghetti. A l’époque faste de la ruée vers l’or (fin 19ème siècle), Bodie était la 2ème ville de Californie mais des incendies pousseront les habitants à quitter la ville laissant celle-ci à l’abandon. Le temps semble s’être arrêté : le contraste entre les maisons en bois, la couleur jaunie de l’herbe cramée par le soleil et le ciel bleu dénué de nuages est exceptionnel.

Bodie

Une multitude de sons me reviennent aux oreilles. Celui du train à vapeur arrivant en gare, des éperons frappant la terrasse de bois de l’hôtel, du pianiste au saloon, du croassement du corbeau à proximité du cimetière mais aussi du son des indiens sur leurs chevaux. Puis-je dire que je retombe en enfance à jouer aux cowboys et aux indiens? Sans nul doute! Au coin d’une rue, on espère voir débarquer le Bon, la Brute et le Truand. Sur l’avenue centrale, on s’imagine un duel que seul le bruit d’un vent s’engouffrant dans les rues accompagne. A l’intérieur des maisons, il est assez étonnant de voir l’état de conservation des pièces. Seul la poussière et les toiles d’araignée sont témoins de cet abandon.

Bodie - Green Street

Difficile de s’imaginer tout de même ce que pouvait être cette ville à son apogée. Bodie s’étendait sur une surface plus importante que ce qui reste actuellement. Pour exemple, les restes de la mine qui surplombent le centre-ville. Quelques clichés, des récits en tête et nous abandonnons à notre tour Bodie.

MONO LAKE

Retour vers Lee Vining, direction Mono Lake. Il fait chaud. L’idée d’un lac suscite immédiatement des envies de baignade et de farniente. Où ai-je mis mon maillot de bain?

Direction Mono Lake

Tout scientifique que nous sommes, nous aurions du nous en douter. « Mono? Mono? » Cela n’a pas fait mouche tout de suite! Et pourtant si l’on se replonge dans les origines « Mono » se réfère bien à cette petite bestiole très agaçante qu’est la mouche. Outre la colonisation par ces insectes, le lac n’est de toute manière pas très praticable puisque très salé. Quelle ne fut pas notre déception. Mais comment ne pas se rejeter la faute? Parfois c’est utile de se renseigner un peu dans les guides.

Le paysage n’en est pas moins spectaculaire. Des concrétions d’argile bordent le lac (colonnes de tufas), l’horizon montagneux avec son chapeau enneigé contraste avec l’environnement hostile du lac.

Mono Lake

En parlant d’hostilité, il va falloir s’y faire car notre prochaine étape sera tout simplement la « Vallée de la Mort« . Coup de chaud garanti!

Anciens puits de pétrole

Bodie, sa banque et son saloon

Bodie et ses vieilles voitures

Bodie, Union Street

Bodie : la résidence du ranger

Bodie : vieux camion

Hôtel de Bodie

Mines de la ville

Mono Lake sur fond de Sierra Nevada

Le lac et ses mouches

On y a dormi : Yosemite Gateway Motel

Sur le même thème …